CNTLIVE AUDIO
CNTLIVE AUDIO
Des militaires non identifiés ont perpétré des actes de vandalisme à Ibi Village et ses environs, dans le groupement de Mbankana à Maluku
Loading
/

Des militaires non identifiés ont perpétré des actes de vandalisme à Ibi Village et ses environs, dans le groupement de Mbankana à Maluku (Est de Kinshasa), ciblant la maison d’un résident et emportant divers biens, dont deux tronçonneuses, des rations alimentaires et des effets personnels, la semaine dernière. Une situation similaire s’est produite également à Ibi village, toujours à la même période, où le personnel d’une concession appartenant à Olivier Mushiete, l’ancien DG de l’ICCN, a été arrêté.

YouTube player

Ces incidents ont suscité des critiques et des inquiétudes au sein de la communauté. Depuis deux semaines, des jeunes Bateke se sont associés à certains militaires pour mener des pillages dans des fermes de la région. Opérant en voitures appelées “ketch” ou à moto, ils procèdent à des arrestations arbitraires, traitant toute personne rencontrée entre Dumi et Bankana de Mobondo comme milicien Mobondo, et la plaçant en détention.

Le 25 janvier, une opération des FARDC à Musiabikui a entraîné des contrôles accompagnés de pillages, touchant des fermiers privés à l’ouest de la piste et une famille de charbonniers contractant avec l’ONG GI-Agro à l’est de la piste 1. Trois personnes ont été arrêtées et libérées après le versement de frais et la vérification de leur statut de Mobondo. Cette mission a également marqué le premier cas de pillage de charbonniers sur le site du Puits de carbone d’Ibi-Bateke.

La situation sécuritaire s’est fortement détériorée à Musiabikui du 29 au 31 janvier 2024, avec des actions des FARDC entraînant des arrestations massives de travailleurs, des pillages de maisons, et des conditions de détention difficiles.

Au total, 28 personnes arrêtées à Ibi village ont été détenues, avec quatre libérations signalées samedi dernier. Les autres restent détenues au camp militaire appelé Sogea, ancienne base de chantier de la construction de la RN1, section Lufimi-Kwango. Des antécédents de rançonnements et d’intimidations contre des commerçants locaux ont également été rapportés.

Malgré les affirmations des militaires sur la fin du mouvement Mobondo dans la région, les opérations actuelles suscitent des inquiétudes quant à la persistance des violences et à l’impact sur la stabilité et la sécurité dans le secteur de Mbankana. La communauté locale craint des conséquences négatives sur l’approvisionnement alimentaire et la main-d’œuvre locale, mettant en péril le futur de la région.

Inno vative

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici