photo cntlive Newly elected M23 Rebel political wing President, Bertrand Bisimwa is pictured in Bunagana on Jan 24, 2023. The rebel group has parted ways with their former President Bishop Jean-Marie Runiga after allegations of misuse of funds and supporting Bosco Ntaganda, a wanted war criminal.
ARTICLE 64
ARTICLE 64
Nomination des Administrateurs par le M23 dans l’Est de la RDC : Entre Tensions et Inquiétudes Humanitaires
Loading
/

YouTube player
Bunagana, 23 janvier 2024 – Selon un communiqué récent du M23, signé par son président Bertrand Bisimwa, et faisant suite à sa conférence de presse du 18 novembre 2023 à Bunagana, le M23 annonce la nomination des administrateurs territoriaux dans les zones qu’il qualifie de « libérées ». Cette annonce marque une étape supplémentaire dans l’évolution de la situation dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), une région déjà fragilisée par des conflits persistants.

Ces nominations interviennent dans un contexte où le M23 intensifie ses activités de propagande et de recrutement, notamment auprès des jeunes des zones qu’il contrôle. Des membres en civil du M23 parcourent les villages de l’est du Congo, employant des méthodes de sensibilisation rappelant celles utilisées par le FPR-Inkotanyi au Rwanda. Ces actions suscitent des inquiétudes quant à leur impact sur la population locale et la stabilité de la région.

Un élément marquant de cette période trouble est le déplacement massif des habitants du camp de Monkoto, situé à 18 kilomètres au sud de Kitshanga dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu). Environ 30 000 personnes ont quitté le camp, poussées par les menaces des rebelles du M23. Les autorités administratives de Masisi dénoncent ces actions, considérées comme une contrainte exercée sur les déplacés pour les faire retourner dans leurs villages d’origine, malgré l’occupation de ces derniers par les mêmes rebelles.

Cette situation alarmante est également soulignée par des organisations de défense des droits humains, telles que la Dynamique des jeunes. Un responsable de cette organisation, préférant garder l’anonymat, exprime de vives inquiétudes pour la sécurité de ces personnes retournées dans leurs villages. Il existe une crainte que ces individus soient utilisés comme « boucliers humains » par les rebelles du M23. Cette utilisation de civils dans le conflit constituerait une violation flagrante des droits humanitaires.

Les déplacés, originaires de localités telles que Mpati, Busumba, Kibarizo, Kirumbu, Kahira et Kitshanga, ont fui les affrontements entre les rebelles du M23 et les milices locales qui durent depuis environ un an. Leur situation actuelle soulève des questions quant à leur sécurité et à la réponse du gouvernement face à ces violations.

Inno vative

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici